La fécondation in vitro est une manière assistée de tomber enceinte si la maman n’arrive pas à tomber enceinte de manière naturelle.

Ce que la fécondation in vitro est : il s’agit d’un processus où une assistance médicale est requise pour transférer un embryon dont la fécondation a été contrôlée !

Comment ça se passe ?

1. Grâce à plusieurs injections, on stimule les ovaires afin de faire croître la production d’ovules.

2. Une fois créées, les médecins réalisent une ponction « ovocytaire » afin de récupérer les ovules, le tout sous anesthésie locale. De manière générale, cela ne prends rarement plus de 24 heures.

3. Le sperme récolté le jour même de la ponction pour être préparé : le but est d’améliorer la qualité générale du sperme.

4. Spermatozoïdes et ovules sont mis en contact à l’intérieur de boîtes stériles et la fécondation (en supposant qu’elle ait lieu) se fera au plus tard 12 heures après.

5. Habituellement, il y a plus de 5 embryons créés qui seront alors placés en culture durant 6 jours maximum, afin de permettre la sélection de ceux ayant le plus de chances de donner naissance à un enfant en bonne santé.

6. Ensuite, l’embryon est injecté dans l’utérus de la futur maman. C’est une étape très difficile et décisive, à ce titre il existe diverses méthodes pour permettre l’implant de l’embryon en toute sécurité.

7. On ne pourra, qu’après 10 jours seulement, assurer un développement pérenne de l’embryon grâce à une prise de sang permettant de calculer le pourcentage de l’hormone créé par l’embryon dans le sang de la femme.

Et l’insémination artificielle alors?

Un bon nombre de personne confond insémination artificielle et fécondation in vitro. Ce sont 2 méthodes relativement séparées.

L’insémination artificielle se fait in vivo : ce n’est qu’une injection de sperme dans l’utérus de la femme. Tout le processus, à l’instar d’une fécondation « traditionnelle » se déroule dans le corps de la femme.

Un peu d’histoire.

La première fécondation in vitro eu lieu en Grande Bretagne donnant naissance à Louise Brown, en 1978.

Concernant la France, Amandine, le premier bébé issu d’une fécondation in vitro est née le 24 février 1982.

Un réel succès.

Cette pratique s’est très vite étendue en France, puisque de nos jours il s’agit de plus de 6% du total des naissances !

On arrive maintenant à 70% de chances de réussite après 6 cycles pour des femmes normalement constituées, une vraie évolution !