Nombreux sont les couples qui veulent couronner leur histoire d’amour ou relation dans le cadre conjugal par la naissance d’un beau bébé. Un peu de retard pour réaliser le plus beau des souhaits? Pas de panique, juste il faut prendre connaissance des facteurs augmentant les chances de tomber enceinte. Outre que de préparer donc le climat favorisant une bonne rencontre entre les spermatozoïdes et l’ovule dans l’utérus, le fait de savoir comment calculer sa période d’ovulation joue un rôle capital afin de voir survenir la grossesse…

Comprendre l’ovulation

La détection de la bonne période de fertilité pour passer à l’acte et recevoir la semence de fécondité, exige une connaissance de sa date exacte d’ovulation. Et cela n’est possible que via l’utilisation des méthodes de calcul.

Cependant, acquérir plus de savoir sur les éléments qui influents sur le sujet, sous le grand thème du cycle menstruel féminin dont le calcul débute du premier jour des règles, facilite la tâche de la quête du moment idéal pour tomber enceinte.

Il s’agit ici de trois phases qui se déroulent successivement dans la période de 28 jours et plus :

  • La 1ère phase est dite folliculaire et dure environ 14 jours : parmi de nombreux follicules, un d’entre d’eux va parvenir à maturité et donner un ovocyte.
  • La 2nde phase est dite d’ovulation, celle qui nous intéresse en ce cas présent : l’ovulation dure 24 heures durant lesquelles l’ovocyte est libéré par l’ovaire et est entrainé dans les trompes. C’est à cette période-ci qu’il doit être fécondé pour concevoir un enfant sans quoi il disparaitra.
  • La 3e phase est dite lutéale et dure 14 jours également : l’ovule sécrète alors un corps jaune, la progestérone, qui va préparer la muqueuse utérine à la nidation.

Pour un cycle normal, l’ovulation a donc lieu le 14e jour et cette période est donc la plus fertile. On estime que la période la plus propice correspond à un laps de temps entre 4 jours avant l’ovulation et 24 heures après cette dernière.

Toutefois, si on a un cycle plus court (21 jours par exemple), la date de ‘l’ovulation tombe le 7e jour à partir du début des règles. Pour un cycle de 22 jours, la date est le 8e jour. Mais pour un cycle plus long (33 jours par exemple), l’ovulation tombe le 19e jour.

Quoi qu’il arrive, il faut retirer 14 jours (période lutéale) à la totalité d’un cycle en moyenne.

Enfin, il existe des tests d’ovulation vendus dans le commerce, en pharmacies notamment, sous la forme de bandelettes imprégnées et qui, au contact de l’urine, pourra détecter si la femme est en période d’ovulation ou non (grâce à la présence d’une hormone dite LH).

Cette alternative peut être très utile afin d’assurer 90% de chances de connaître sa période de fertilité.