Lorsqu’une femme attend un enfant, elle doit faire attention à son alimentation. Le choix des aliments qu’elle mange aura des répercussions sur la croissance et le développement du bébé, ce qui fait qu’elle devra suivre un régime strict riche en fibres, en protéines et en vitamines. Elle devra également faire l’impasse sur certains aliments et ne pas manger n’importe comment au risque de faire un surpoids. L’idée est d’établir de bonnes habitudes alimentaires tout en mesurant les apports nutritionnels dont la mère et l’enfant ont besoins durant toute la durée de la grossesse.

Faire le plein de protéines, de vitamines et de minéraux

Dès le début de sa grossesse, il faudra augmenter l’apport en protéines puisque les protéines participent grandement à la formation des os, des muscles, des organes vitaux et de la peau du bébé.  L’on retrouve bien souvent les protéines dans les produits laitiers, les légumes et fruits, la viande et le poisson, dans les fruits secs, mais aussi dans la levure de bière.

Outre les protéines, le fœtus a besoin de vitamines et de minéraux pour son bon développement. La future maman devra alors faire le plein de fer et de calcium et prendre si besoin des compléments alimentaires qui vont renforcer les apports des minéraux et des vitamines.

Réduire les graisses et les hydrates de carbone

Pour ne pas passer en surpoids, les femmes enceintes devront réduire l’apport en graisse. Certes elle aide l’organisme à utiliser les protéines et les vitamines, mais elle a la fâcheuse tendance de rendre la maman bouffie. L’idée est alors de les modérer et d’opter pour des graisses non saturées qui s’avèrent être plus saines.

L’apport en hydrates de carbone devra être aussi régulé. L’organisme tire son énergie des hydrates de carbone ce qui fait qu’elles ne devront pas être supprimées du régime alimentaire de la future maman. Présents dans le pain, les pâtes et la farine, elles peuvent être consommées de manière modérée pour ne pas que l’organisme de la mère comme du bébé présente un surplus de sang qui peut entrainer du diabète.

Modérer la consommation d’aliments crus et de laitages

Les fromages à pâte molle, le lait cru, le camembert, les fromages râpés en sachet, les poissons fumés, la viande, la charcuterie crue ou cuite, les coquillages crus, le surimi et le tarama sont déconseillés aux futures mamans, car consommés de manière importante, ils peuvent entrainer la listériose ou la toxoplasmose.

Ces deux maladies risquent de favoriser les accouchements prématurés, les malformations cérébrales sur le fœtus et la fausse couche. Si la listériose peut être prévenue avec la non-consommation d’aliments crus d’origine animale, la toxoplasmose pourra être évitée avec la non-consommation de viande et de poissons crus. À noter que les fruits et salades devront être lavés avant d’être mangés, car ils peuvent contenir des germes.

Eviter le thé et le café

Pris quotidiennement, le thé peut engendrer une anémie pour la mère. De plus, on le classe dans la catégorie des excitants au même titre que le café, ce qui fait qu’il n’est pas trop conseillé pour la femme enceinte. Certaines pensent que la camomille et le ginseng chinois sont inoffensifs, mais il n’en est rien. Les seuls thés que la mère pourra consommer, et ce, de manière modérée, c’est la tisane, qu’elle soit à base de gingembre, d’écorce d’agrumes, de mélisse ou d’églantier. Pour ce qui est de la caféine, des études récentes ont démontré que les mères qui consomment plus de 600 mg de café par jour se risquent à réduire le poids de leur bébé. Une fois que cette dose est dépassée, l’on note une augmentation du risque de mortalité de l’enfant.

En somme, les futures mamans pourront manger tout ce dont elles auront envies, mais à petites doses. Néanmoins, l’alcool est déconseillé, car il attaque le cerveau du fœtus. Enfin, il convient de rappeler que le fait de fumer est également à proscrire pour le bien de bébé.