La cystite est l’infection urinaire le plus courant chez les femmes. Suelon certaines études, la cystite non compliquée survient chez 50 à 80 % des femmes et chez 25 %, elle récidive. Bien que les infections urinaires n’aient généralement pas de conséquences graves sur la santé, elles constituent un véritable cauchemar pour le bien-être  et le confort de millions de femmes. Mais comment savoir si une femme souffre d’une infection urinaire à répétition et comment traiter celle-ci?

Les symptômes d’une infection urinaire récurrente

Une femme est considérée comme ayant des infections urinaires répétitives lorsqu’elle a eu trois épisodes ou plus en un an, ou deux au cours des six derniers mois. La récidive peut être due à une réinfection ou à une rechute. En cas de réinfection, chaque infection urinaire se résorbe avant l’apparition de la suivante. Et si elle réapparaît, elle est généralement causée par un microorganisme ou bactérie différent du premier épisode.  Dans ce cas, la présence de bactéries peut persister alors que vous pensiez avoir guéri l’infection, et réapparaître dans les deux semaines suivant la fin du traitement. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certaines femmes contractent d’une infection urinaire à répétition et d’autres pas ? La question a plusieurs réponses, car il y a différentes raisons à cela. La majorité des récidives sont causées par une bactérie nommée Escherichia coli. Même si on suppose qu’il s’agit de cette dernière, vous devriez toujours avoir une culture de cette urine, car parfois, dans ces cas de répétition, d’autres bactéries peuvent apparaître. Mais il existe deux types d’infections des voies urinaires : les infections urinaires inférieures et supérieures. Pour plus d’informations sur cette maladie, rendez-vous sur femannose.com.

La différence entre les infections urinaires inférieures et supérieures

L’infection des voies urinaires inférieures est le type le plus courant. Elle survient dans l’urètre et la vessie. L’infection de cette dernière est nommée cystite. Les bactéries peuvent propager des uretères à un ou aux deux reins s’ils sont non traités. Dans un tel cas, les symptômes s’aggraveront considérablement, avec des maux de dos, des nausées et de la fièvre. Ce type d’infection est appelé infection urinaire supérieure ou pyélonéphrite et peut endommager les reins. Parfois, une pyélonéphrite peut survenir sans déclencher une infection urinaire, mais cela n’est pas aussi courant. Dans certains cas, l’infection rénale peut se propager dans la circulation sanguine et provoquer une urosepsie, qui nécessiterait des soins intensifs immédiats. Pourtant, il existe des maladies qui peuvent être confondues avec une infection urinaire. La bactériurie asymptomatique appelée bactérie « bénéfique », dans les voies urinaires, constitue une affection inoffensive qui ne doit pas être traitée avec des antibiotiques. Ces bactéries ne présentent aucun symptôme sauf une mauvaise odeur dans l’urine de certaines personnes. Fort heureusement, il existe l’infection urinaire traitement.

Comment prévenir et traiter l’infection urinaire à répétition ?

Il est important de prévenir une infection urinaire récurrente avec des habitudes d’hygiène efficaces et des soins périnéaux. Voici quelques conseils pour éviter les infections urinaires : éssuyez-vous de l’avant vers l’arrière lors de l’utilisation de la salle de bain pour éviter le transfert de bactéries intestinales vers les voies urinaires. Évitez d’ utiliser de savons durs dans la région génitale. Séchez la peau après le nettoyage et changez les produits d’incontinence, car les bactéries se développent dans les zones humides. Veillez à utiliser des crèmes nettoyantes et protectrices pour les peaux délicates. Un traitement vaginal aux oestrogènes est généralement recommandé pour prévenir les infections urinaires. Le médecin établit un diagnostic complet en fonction des résultats de l’analyse d’urines et des symptômes de l’infection. Si une infection urinaire supérieure ou inférieure a été diagnostiquée, il décidera quel antibiotique prescrire et la dose appropriée. Si le diagnostic indique qu’il s’agit d’une bactériurie asymptomatique, dont le seul symptôme est l’urine nauséabonde, le traitement ne sera pas nécessaire dans la plupart des cas.

Comment soulager les symptômes d’une infection urinaire ?

Premièrement, vous devez boire de grandes quantités d’eau, généralement 1,5 L par jour. Cette habitude aide à éliminer les bactéries de la vessie. Ensuite, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, un type d’analgésique peuvent soulager les symptômes d’une infection urinaire, tels que la douleur, la fièvre et l’inflammation. En outre, vous pouvez placer un coussin chauffant sur le bas du dos ou sur le ventre pour être mieux soulagé. Portez des vêtements amples, en particulier des pantalons et des sous-vêtements. Prenez des bains chauds pour apaiser la sensation de besoin de faire pipi. D’ailleurs, évitez la caféine, l’alcool et les autres diurétiques. Note spéciale pour les femmes : urinez avant et après une activité sexuelle pour réduire les risques d’infection urinaire.