Il n’y a pas plus excitant pour une mère que d’apprendre qu’elle attend un enfant, surtout si c’est le premier et que la grossesse apparait comme une aventure qui va s’échelonner sur plusieurs mois. Une fois l’euphorie passée, le premier réflexe de la future maman sera de calculer sa date d’accouchement. Certes on retrouve actuellement de nombreux calculateurs de grossesses qui se chargent de le compter pour elles, mais on peut le faire avec l’aide d’un médecin. De plus, la formule utilisée à cet effet est simple comme tout !

Un calcul à partir du 1er jour des dernières règles

Pour avoir une date approximative de la « date présumée d’accouchement » (DPA), les gynécologues et les sages-femmes se basent généralement sur la date du premier jour des dernières règles de la future maman.

Elles ajoutent ensuite 40 ou 41 semaines à cette date, ce qui donne la période où la maman va accoucher. Il faut toutefois savoir que la méthode de calcul diffère selon les gynécologues et les maternités, mais de manière générale, la durée de la grossesse dure 285 jours +/- 10 jours.

De plus, elle n’est pas toujours fiable puisque le cycle de chaque femme est différent, ce qui fait que les résultats peuvent être faussés. En effet, si certaines ont plutôt des cycles courts (20 à 24jours), il est relativement plus long d’autres (30 à 40jours) et s’avère irrégulier pour certaines femmes. De plus, l’ovulation n’a pas forcément lieu au 14e jour des règles, la durée de vie de l’ovule n’est pas pareil pour chaque femme et la durée de l’implantation n’est pas toujours le même.

L’échographie de datation

L’échographie de datation est une méthode plus fiable qui permet de définir la DPA. Durant cette première échographie de grossesse,  les professionnels prennent les mesures de l’embryon et calculent la longueur du craniocaudale et du bipariétal. L’on transpose ensuite les données dans une grille de calcul qui donne une estimation de l’âge de l’embryon.

Cette échographie devra être réalisée entre la 9e et la 11e semaine de grossesse (avec 6 jours en plus) pour que la datation soit plus précise. Dans la majorité des cas, les parents peuvent disposer d’une estimation qui se rapproche de +/- 3 jours de l’accouchement.

Les méthodes de calculs sont-elles fiables ?

Il ne faut pas se voiler la face, ces techniques ne permettent pas de connaitre avec précision la date exacte de l’accouchement, mais elle permet de situer l’événement à telle ou telle période. En clair, elles donnent une estimation certes très proche de la date, mais il arrive que dans certains cas les résultats soient faussés puisque la mère aura accouché bien avant l’heure ou que sa grossesse s’éternise encore sur plusieurs jours, ce qui fait qu’au final, près de 5 % des femmes accouchent à la date prédite par leur gynécologue.

Ces calculs sont toutefois intéressants dans la mesure où ils permettent à la mère de se préparer à l’événement. Si la mère a atteint la DPA annoncée, mais le bébé n’a pas toujours pointé le bout de sa tête alors, elle pourra bénéficier de plus d’attention. C’est notamment à cette période que les sages-femmes préconisent de faire des prises de tensions, des échographies plus poussées pour évaluer le liquide amniotique ou encore du monitoring pour s’assurer que le bébé ne court aucun risque. D’autres examens sont également à prévoir à ce stade de la grossesse comme l’analyse d’urines, le contrôle de la présentation fœtale, la mesure de la hauteur utérine ou encore le toucher vaginal. Et dans le cas où la grossesse perdure au-delà des 42 semaines alors, les médecins pourront décider de déclencher l’accouchement.

Bon à savoir

Les gynécologues évaluent le plus souvent le terme en semaines d’aménorrhée (SA) et pas en semaine de grossesse, ce qui induit souvent les futures mamans en erreur. Par exemple, une femme qui en est à ses 12 semaines d’aménorrhée en est à sa dixième semaine de grossesse. La grossesse peut être séparé en trois trimestres dont un premier qui commence au début de la grossesse jusqu’à la 15e semaine d’aménorrhée, un deuxième qui part de la 16 à 28 SA et un troisième qui va de 29 SA à l’accouchement.

En choisissant de calculer la naissance dès le début de la grossesse, les futures mamans pourront mieux se préparer et attendre avec moins de surprises cette date fatidique. Pour disposer d’une date approximative, l’on conseille de se fier aux conseils du gynécologue.